Sébastien Le Preste de Vauban


Qui est Sébastien Le Preste de Vauban ?


Vauban

Sébastien Le Prestre de Vauban est né les 4 mai 1633 dans  le Morvan, à Saint-Léger-de-Foucherets. Agé de dix-huit ans, il est cadet au régiment de Condé. C’est l’époque de la Fronde des Princes animée par Louis de Bourbon dit le Grand Condé, le vainqueur de Rocroi en 1643, en rébellion contre la reine régente Anne d’Autriche et son premier ministre, le cardinal Mazarin. Vauban se rallie à Mazarin et au jeune roi Louis XIV après l’arrestation de Condé en 1650. Il peut diriger son premier siège de ville en Argonne puis il obtient d’être nommé, grâce aux études qu’il mène, ingénieur du roi en 1655. 

Ingénieur et architecte militaire, urbaniste, ingénieur hydraulicien et essayiste français, expert en poliorcétique (techniques du siège), il donna au royaume de France « une ceinture de fer » et fut nommé maréchal de France par Louis XIV.

Vauban a voulu faire de la France un « pré carré », selon son expression, protégé par une ceinture de citadelles. Il a conçu ou amélioré une centaine de places fortes. L’ingénieur n’avait pas l’ambition de faire des forteresses inexpugnables, car la stratégie consistait alors à gagner du temps en obligeant l’assaillant à immobiliser des effectifs dix fois supérieurs à ceux de l’assiégé. Il dota la France d’un glacis qui la rendit inviolée durant tout le règne de Louis XIV — à l’exception de la citadelle de Lille qui fut prise une fois — jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, où les forteresses furent démodées par les progrès de l’artillerie.

 Nommé lieutenant-général en 1688, il reçoit la dignité de maréchal de France le 14 janvier 1703. Sa carrière tout entière est consacrée au roi et au royaume : il construit ou réaménage plus de 300 forteresses, dirige plus de 50 sièges ; ses prises de places sont célèbres : Tournai, Douai, Lille, Maastricht, Mons, Besançon, Namur, Luxembourg, etc.

Dès 1673, il fortifia le royaume qu’il nomma  » le pré carré  » en Flandres et dans le Nord, en Ardennes, Alsace, Rhénanie, en Franche-Comté, Alpes, Bretagne, Roussillon, sans omettre la façade maritime. Il créée des places-fortes avec des échelonnements de défense à Lille, Besançon, Belfort, etc.

Il fut bâtisseur, urbaniste ainsi qu’ingénieur de l’armement, stratège et tacticien, gestionnaire et économiste, comme ingénieur civil. Il écrit et fait publier son Projet de dîme royale, en 1707, préconisant l’impôt unique. Il a écrit aussi un mémoire en 1689 où il désapprouve la révocation de l’Edit de Nantes, au nom de la liberté de conscience.

Epuisé par sa vie de labeurs immenses, il décède le 30 mars 1707 à Paris. Son corps repose en l’église de Bazoches (Nièvre), près de son château acquis en 1675, tandis que son cœur se trouve déposé en l’église du Dôme, aux Invalides, à Paris, par décision de l’Empereur Napoléon, depuis le 28 mai 1808.